Comment gérer les écarts

Des fois, on fait une entorse à notre régime et on “craque”. Parce que ce gros gâteau bien sucré et bien gras nous fait de l’œil, parce qu’on est invité(e) et qu’on ne veut pas paraître malpoli(e), parce que pas le temps de cuisiner, parce qu’on est déprimé…. Les raisons ne manquent pas. Ca arrive à tout le monde, on est des humains après tout ! ^^
Alors comment gérer voire éviter les écarts avec, en prime, une astuce simple à mettre en place ? La réponse dans cet article.

Planifier et prévoir

La clé pour suivre la Méthode des IG bas, ou tout régime, est de penser à l’avance aux repas que l’on va faire. Sans que cela ne devienne une obsession, il est important de planifier au moins les repas de la journée en cours. Cela évite de se retrouver le soir venu, fatigué(e), et sans envie de cuisiner devant un frigo vide et de décider de se faire livrer une pizza ou d’aller au fast-food.

Ayez toujours dans vos placards des boîtes de légumes, du riz, et des légumes secs pour préparer facilement et sans difficulté des plats simples, bons et nourrissants. Pensez aussi aux sauces faites maison congelées ou mises en bocal (si vous achetez des sauces industrielles, elles ne doivent contenir ni sucres, ni pomme de terre, ni amidon ni sirop de glucose et de préférence pas de colorants non plus).

Voici quelques exemples de plats préparés en moins d’un quart d’heure :

  • riz basmati à la sauce tomate ou au lait de coco (que l’on peut agrémenter de câpres, olives, légumes, piment…)
  • semoule intégrale ratatouille en boîte (ou surgelée)
  • fromages et pain PL, accompagnés de crudités
  • patates douces au four, sauce au lait de coco ou fromage blanc 0% aux herbes
  • …(à vous de me donner vos idées dans les commentaires ! 😉 )

Invité à dîner

Si vous êtes invité(e) à manger chez des amis, le mieux est de les prévenir de votre régime alimentaire. Demandez également ce qui est prévu au menu pour l’orienter éventuellement vers des plats à IG bas. En général, c’est très bien accepté de prendre soin de soi et sa ligne ; et qui sait, vous convertirez peut-être vos hôtes à la Méthode végétarienne des IG bas ;).

L’écart, quand ça arrive

Un gâteau d’anniversaire, une envie de pomme de terre ou de bonbons bien chimiques, des fois on ne résiste pas (ou on ne veut pas se priver).
Il est important de garder une notion de plaisir dans son alimentation. Alors un écart de temps en temps, ok si c’est totalement assumé. C’est-à-dire s’il s’agit d’un écart qui vous fait plaisir, comme par exemple partager une galette des rois en famille ou avec des collègues.

Des frites, c'est possible dans la Méthode !

Des frites, c’est possible dans la Méthode !

Il faut évidemment que ces écarts restent exceptionnels. En ayant une alimentation équilibrée suivant les principes de la Méthode tout au long de l’année, un écart exceptionnel sera facilement assimilé par votre organisme, et sans conséquence sur votre ligne. 🙂

L’astuce pour minimiser les dégâts

Il y a tout de même une astuce pour que l’écart ait vraiment peu de répercussions.

  • 1. Placez le plat à IG élevé le plus loin dans le repas.
  • 2. Mangez AVANT une bonne quantité d’ingrédients à IG bas et à charge glycémique basse : lentilles, pomme, poire, crudités….
  • 3. Ne culpabilisez pas… mais ne baffrez pas non plus !

Explications :
Dans un repas, on consomme des ingrédients ayant des Index Glycémiques différents. La moyenne de tous ces Index Glycémique donne ce qui est appelée la résultante glycémique du repas. Il faut que cette résultante glycémique soit basse pour maigrir ou stabiliser son poids.
Donc, quand on fait un écart en mangeant un aliment qui élève la glycémie, il faut compenser en mangeant dans le même repas des aliments qui abaissent la glycémie pour obtenir une résultante glycémique moyenne.
Et il a été démontré que cette compensation est bien plus efficace quand les aliments à IG bas sont consommés AVANT ceux à IG haut.

Ainsi, mangez une grosse salade de lentilles avant des frites, une bonne soupe de pois cassés avant un feuilleté ou plusieurs pommes avant le gâteau d’anniversaire. Évidemment, plus vous mangez en grande quantité un aliment à IG élevé, plus la résultante glycémique sera élevée, donc ne vous empiffrez pas non plus au motif que «C’est permis».

Crudités Haricots blancs
Des crudités ou des légumes secs pour compenser l’écart

Ainsi, des écarts sont tout à fait intégrables dans le cadre de la Méthode des IG bas. N’oubliez pas que le maître mot est l’anticipation. En prévoyant à l’avance vos repas, vous pourrez facilement éviter ou intégrer des écarts, et ce, sans conséquence sur votre silhouette ni votre santé ! 🙂
(lire aussi “La phase 2 de la Méthode végétarienne des IG bas”)

8 Commentaires

  1. Estelle Sp.

    Si vraiment j’ai pas le temps ou la “flemmardite aigüe” j’ai toujours un bocal de haricots verts bio dans mon placard et aussi des sardines ou du maquereau, de la quinoa… Je fais sauter ail et oignon (ou échalote), tomates séchées, jambon cru ou cuit dégraissé, poivrons (si c’est la saison) et un ou l’autre légume qui se cuise vite et de saison et suivant ce qu’il y a dans les stocks, on ajoute les haricots à la fin pour les réchauffer et c’est prêt! Selon le repas GP ou PL on ajoute ou pas des oeufs, une céréale, etc
    Pour les repas en extérieur c’est la plaie de la méthode je trouve. Surtout quand on reste longtemps, chez des proches notamment. En restau c’est franchement galère: souvent du gras et des céréales en association, peu de légumes, les viandes/ poissons sont souvent en sauce. En famille, grosse incompréhension car les placards ne sont pas du tout les mêmes et la dissociation des aliments perturbe énormément les gens pas habitués…
    Bon weekend Laura, à plus! 🙂

    Répondre
    1. LauraLaura (Auteur de l'article)

      Salut Estelle,

      Voilà de belles idées de plats maison vite faits ! 🙂
      Je trouve au contraire qu’au restaurant, c’est assez facile de trouver un plat à IG bas (pour peu que l’on ne soit pas végétarien !). Il faut faire attention avec les céréales, c’est sûr, mais on trouve toujours une salade, une omelette, du poisson + riz ou ou des spaghetti à la napolitaine. Au pire, il faut passer en phase 2.
      Chez les amis/la famille, c’est vrai que ça dépend beaucoup de la “culture culinaire” des gens chez qui on mange :/

      Bon weekend à toi aussi !

      Répondre
      1. Estelle Sp.

        C’est exactement ce qu’on fait: on bascule en phase 2 et si vraiment il n’y a que du IG haut on compense par des repas ultérieurs avec des IG très bas. Si je suis en famille des fois c’est moi qui fais à manger pour que ça colle avec la méthode, on fait les courses un peu en fonction. Là pour l’instant ça va, on peut même se permettre quelques pommes de terre dans une soupe (avec d’autres légumes en morceau hein, je précise) sans prise de poids. C’est donc réellement un tout, un équilibre que chacun doit trouver avec la méthode! A bientôt Laura! 🙂

        Répondre
        1. LauraLaura (Auteur de l'article)

          Tu as tout à fait raison, Estelle, tout est une question d’équilibre 🙂

          Répondre
  2. Pingback: Appliquer la Méthode des IG bas au restaurant Je mange donc je maigris

  3. Pingback: Mon parcours végétarien, qu'est-ce que c'est ? Je mange donc je maigris

  4. Pingback: Défi VG #1 Je mange donc je maigris

  5. Pingback: Menu VG du vendredi 16 janvier 2015 - Je mange donc je maigris

Qu'en pensez-vous ? Postez votre commentaire ci-dessous :)