La théorie des Index Glycémiques

Voici les principes de bases de la Méthode des Index Glycémiques (IG) bas. Pour rappel, cette méthode a été élaborée à partir de travaux de recherches et d’expériences scientifiques. La mise au point des index glycémiques est le fait de David Jenkins, chercheur à l’université de Toronto.
En 1997, L’OMS et la FAO (Food Administration Organisation) ont reconnu officiellement que le principe des Index Glycémique pouvait aider à lutter contre l’obésité.

On ne grossit pas parce qu’on mange trop, mais parce qu’on mange mal

La méthode des IG bas porte bien son nom : c’est une méthode et pas un régime ! Il ne s’agit pas de « faire des efforts » pendant un temps pour arriver à perdre les kilos prévus et ensuite tout arrêter. Il s’agit d’apprendre une autre façon de s’alimenter, et de changer durablement ses habitudes.

Il n’y a pas non plus de limitations de quantité. En réapprenant à s’alimenter, on réapprend à écouter son corps et à réguler ses rations tout seul. Pas de privations, donc !

repas à IG bas

Le principe des IG (Index Glycémiques)

Le principe-clé de la Méthode des Index Glycémiques bas est le choix des aliments, et notamment des glucides (sucres)

Les glucides constituent une part importante de notre alimentation. Ils sont métabolisés en glucose (sucre) qui sert de réserve d’énergie pour notre corps.

On retrouve le glucose sous différentes formes dans l’alimentation :

  • sous forme simple (une molécule) dans les fruits ;
  • sous une forme à deux molécules dans le sucre blanc ;
  • sous une forme complexe à plusieurs molécules dans les céréales, les pommes de terre et les légumineuses (haricots, lentilles, pois chiches…)

Lorsque l’on mange un glucide, son absorption entraîne une élévation du taux de sucre dans le sang (la glycémie). Pour limiter ce pic, notre corps sécrète une hormone, l’insuline, dans le but de ramener la glycémie à un niveau normal, c’est-à-dire 1g de glucose par litre de sang (à jeun).

Le concept des sucres lents / sucres rapides
est un mensonge

En 1981, examinant la réponse en insuline du corps en fonction des différents glucoses absorbés, et s’appuyant sur des travaux réalisés depuis 1976 par le docteur Crapo, le professeur David Jenkins remarque que le temps d’absorption des différentes formes de glucose est sensiblement le même. Par contre, la glycémie et donc la quantité d’insuline libérée dans le sang varient en fonction du type de glucose.

Il établit alors le principe de l’Index Glycémique (IG) des aliments, c’est-à-dire la glycémie induite par l’ingestion d’un aliment contenant du glucose.

Pour le glucose, où la réponse en insuline est la plus forte, l’indice est fixé à 100 (seuil maximum).

Insuline et obésité

Depuis les années 80, les chercheurs ont montré que dans tous les cas d’obésité, il y a hyperinsulinisme.
C’est-à-dire que chez une personne en surpoids, la réponse en insuline du pancréas est bien plus élevée que la normale. Le pancréas génère tout ce qu’il peut d’insuline pour faire baisser la glycémie mais cela ne suffit pas, la glycémie reste anormalement élevée (hyperglycémie). L’organisme est devenu résistant à l’action de l’insuline. On parle alors de diabète de type 2, dit insulinorésistant.

Il est donc clairement établi que diabète et obésité vont de pair.
Or là où les médecins pensaient généralement que c’est l’obésité qui provoque le diabète, le professeur Jenkins propose la théorie inverse : c’est le diabète qui provoque l’obésité.
Balance
  • En maîtrisant l’apport glycémique des repas, on évite l’hyperglycémie, et par réaction l’hyperinsulinisme.

Les conséquences sur le corps sont immédiates : stabilisation ou perte de poids, glycémie normale (plus de diabète).

Ainsi, le secret de la minceur est la maîtrise des apports en glucides.

Conclusion :
La Méthode des IG bas a été mise en application et expérimentée depuis plus de 30 ans par des médecins, nutritionnistes et diététiciens. Elle met l’accent sur des aliments entrainant une faible réponse glycémique de l’organisme, évitant ainsi le stockage inutile de graisses (prise de poids) et le diabète.
C’est le seul régime amaigrissant qui garantisse une perte de poids durable, sans sensation de faim et sans privations.

11 Commentaires

  1. Pauline

    Bonjour Laura,

    Connaîtrais-tu par hasard l’IG d’un steak de tofu ? j’ai du mal à trouver cette info, le tofu c’est facile, mais les steaks de tofu ont souvent d’autres produits dedans (steak de tofu à la provençale ou aux olives etc). merci 🙂

    Répondre
    1. LauraLaura (Auteur de l'article)

      Bonjour Pauline,

      Effectivement le tofu a un IG très bas donc PL ou GP sans problème. Ensuite, ça dépend des ingrédients de ton steak de tofu ! Fais attention souvent ils contiennent des ingrédients indésirables comme de la maltodextrine, de la farine de riz ou de maïs, du sucre (tous les steaks Sojasun par exemple) voire des amidons.
      Ils sont pour la plupart ok en repas GP. Comme par exemple les steak Croc Tofou de Soy, ou chez Bjorg les Palet de soja à l’indienne (http://www.bjorg.fr/produits-bio/delicieux-palets-soja-indienne.html). D’ailleurs je les ai jamais goûté ceux-là, ils me tentent bien 😉

      Répondre
      1. Pauline

        Merci beaucoup ! je vais regarder la composition de ceux que j’ai l’habitude d’acheter alors,je te ferai un retour si ça t’intéresse.
        Merci de tes précieux conseils.

        Répondre
        1. LauraLaura (Auteur de l'article)

          Oui ça m’intéresse, merci à toi 🙂

          Répondre
  2. Louise

    Bonjour Laura,

    Je suis abonnée et j’ai bien reçu les liens, mais ils ne marchent pas.
    Comment puis-je les récupérer?
    Merci

    Répondre
    1. LauraLaura (Auteur de l'article)

      Bonjour Louise,

      Je viens de résoudre le problème et je t’ai envoyé les livres par mail du coup !

      Merci de ton intérêt et bonne lecture ! 🙂

      Répondre
      1. Louise

        Merci Laura, c’est reçu!

        Répondre
  3. mady

    bonjour puis je recevoir le tableau des ig et celui des 10 erreurs a ne pas faire ! j’applique cette methode depuis peu et c’est un peu complique en plus je mange s/G S/L j ai une spondyliartrite ankylosante comme je te l’ai dit sur un autre commentaire
    merci laura
    mady

    Répondre
    1. LauraLaura (Auteur de l'article)

      Bonjour Mady,
      Il suffit de t’abonner au blog et tu recevras par mail un lien pour télécharger les 2 ebooks 🙂

      Répondre
  4. Pingback: La charge glycémique Je mange donc je maigris La Méthode, La pratique, La théorie

  5. Pingback: IG bas - La pratique Je mange donc je maigris La pratique

Qu'en pensez-vous ? Postez votre commentaire ci-dessous :)

%d blogueurs aiment cette page :