Les aliments qui “font grossir”

Quels sont les aliments véritablement facteurs de prise de poids ? Comment fabrique-t-on des kilos ? Les réponses à ces questions ne sont pas forcément celles que vous croyez. Les graisses, les céréales, les féculents, les produits laitiers et le sucre sont passés au crible. Démêlons le vrai du faux à travers six idées reçues…

Idée reçue n°1 : le gras fait grossir

FAUX
Il faut en finir avec la lipophobie ! On entend partout que le gras (des aliments) serait responsable du gras (du ventre) mais ce n’est pas aussi simpliste que ça !
L’être humain a un besoin vital de graisses en grandes quantités pour faire fonctionner son organisme (au moins 30% de son alimentation). Les lipides interviennent dans la construction cellulaire, les neurotransmissions et le transport de vitamines, hormones et protéines. Ils sont le fournisseur officiel de l’énergie du corps.

Beurre 2

Si bien choisir ses lipides est indispensable pour être en bonne santé, manger moins de gras ne fait pas maigrir à long terme (plus de détails dans cet article).

Idée reçue n°2 : le sucre fait grossir

VRAI
Ca c’est prouvé et reprouvé, le sucre qui est un aliment récent dans l’histoire de l’alimentation humaine n’est pas bon pour la ligne. Il agit sur le cerveau comme une véritable drogue et nous pousse à en consommer toujours plus malgré tous les effets délétères qu’il entraine. En bref, le sucre est une douceur qui nous veut du mal.

Idée reçue n°3 : le fructose, le sirop d’agave ou le miel ne font pas grossir puisqu’ils sont autorisés dans la Méthode

FAUX
Du sucre reste du sucre ! Même si le fructose, le sirop d’agave et le miel sont des aliments à IG modérés ils créent la même accoutumance et les mêmes effets néfastes que le sucre “classique”. Une petite douceur de temps en temps, d’accord, mais ça ne doit surtout pas devenir une habitude !
Donc si en suivant bien la Méthode vous n’arrivez pas à perdre vos derniers kilos en trop, réfléchissez à la quantité de sucre, sous toutes ses formes, que vous mangez.

Idée reçue n°4 : les féculents font grossir

VRAI… et FAUX !
Les féculents sont une catégorie alimentaire bâtarde et, pour moi, désuète. Ils regroupent les aliments d’origine végétale ayant une forte proportion d’amidon et de glucides complexes. On y retrouve aussi bien les céréales que des légumineuses (légumes secs) ou des tubercules (pomme de terre, patate douce, igname).

Pains ronds GP

Si les légumineuses sont un pilier d’une alimentation saine et diététique, les céréales même complètes n’aident en aucun cas à perdre du poids ! (voir idée reçue n°5 ci-dessous). Ne vous laissez donc pas berner par la campagne nutritionnelle de (dés)information sur les féculents.

Idée reçue n°5 : les céréales sont indispensables dans un régime

FAUX
Une étude sérieuse montre que si les céréales diminuent le pourcentage de graisses dans le corps, elle n’aident pas à la perte de poids. C’est sur cette subtilité que joue l’industrie agro-céréalière pour nous faire croire dur comme fer que les céréales sont des aliments amaigrissants. Encore une fois, rentrez-vous bien dans la tête que ce sont les glucides (sucres et amidons) qu’il faut surveiller quand on veut perdre du poids, et pas les graisses (lipides) .

Idée reçue n°6 : les produits laitiers augmentent le risque de prise de poids

VRAI… et FAUX !
Le cas des produits laitiers est complexe (voir l’article Les mensonges des produits laitiers). Il est démontré depuis longtemps que le lactosérum contenu naturellement dans le lait déclenche une réponse en insuline élevée de l’organisme. Et ce, malgré l’index glycémique modéré des produits laitiers. On retrouve du lactosérum dans les produits laitiers frais mais pas dans les fromages à pâte dure.

Cubes de fromage

Ainsi, le lait, les fromages blancs, les yaourts et les fromages frais sont des aliments qui peuvent contribuer à la prise de poids, mais pas les fromages à pâte dure s’ils sont au lait cru.

Vous connaissez d’autres idées reçues que vous aimeriez décrypter ? Ou vous avez des exemples de vérités établies qui sont fausses ?
Dites-moi tout dans les commentaires !

14 Commentaires

  1. Justine

    Bonjour,
    Vous dites que les céréales ne sont pas nécessaires mais pourtant elles sont indispensables dans un régime végétarien?!

    Répondre
    1. LauraLaura (Auteur de l'article)

      Bonjour Justine,
      J’ai écrit cet article il ya longtemps et c’est vrai que ma position est un peu radicale. J’ai donc réécrit le paragraphe sur les céréales.
      Merci de votre vigilance 🙂

      Répondre
      1. justine

        Merci pour votre réponse et votre blog 🙂 je ne suis végétarienne que depuis quelques mois alors j’essaye de me documenter un peu. C’est pas toujours évident en plus entre le sans gluten (ou au moins réduction) et l’ig bas.

        Répondre
  2. Pingback: Quelles poêles et casseroles pour cuisiner sans danger ? - Je mange donc je maigris

  3. Pingback: Le gras, c'est la vie ! Nutrition

  4. Laetitoungmummy

    Bonjour,
    Je ne suis pas tout à fait d’accord avec vous, sur 2 notions :
    1) sauter un repas fait grossir ?!? Il est important de nuancer cette affirmation. Si un repas est sauté DANS LE BUT de maigrir, en s’affamant, alors peut être que cela “traumatise” le corps. Mais si vous ne mangez pas car VOUS N’AVEZ PAS FAIM, je ne vois pas le problème. Si le corps n’a pas faim c’est qu’il n’a pas fini de brûler les calories ingérées précédemment, donc il n’a pas besoin d’en avoir de nouvelles. Je pense sincèrement qu’il faut avant tout ré-apprendre à écouter les sensations de son corps, se re-connecter avec lui afin de comprendre ses vrais besoins. On n’arrête pas de nous culpabiliser qu’il ne faut pas manger entre les repas, ne pas sauter le petit déjeuner, etc…. Ça met une pression telle qu’on ne sait plus quoi faire. Comment savoir quand s’arrêter de manger si déjà on commence le repas sans avoir faim?!? Chacun a des besoins différents. On ne peut pas appliquer UNE règle unique alors que nous sommes tous différents.
    2) il faut arrêter de DIABOLISER certains aliments. 1000 calories de haricots verts ou 1000 calories de chocolat font toujours 1000 calories!!! Si elles sont mangées alors que vous n’avez pas faim, ce sera toujours des calories en trop par rapport à vos besoins!! Cette diabolisation systématique nous rends folles et en culpabilisation constante. Entre le diététiquement correct et ce que l’on aime, on doit tjrs faire des choix, qui fait que nous sommes dans le contrôle permanent! Qui dit contrôle, dit craquages, qui dit culpabilité, puis de nouveau contrôle etc…. Et on n’en finit plus!!!
    J’adhère aux IG bas mais attention aux fausses idées reçues. Dans ce monde de fous où tout va trop vite, on en oublie une notion essentielle, ÉCOUTER CE QUE NOUS DIT NOTRE CORPS.

    Et pour finir, merci beaucoup pour les menus que vous mettez à dispo. C’est super pratique de ne pas avoir à les faire et de pouvoir piocher dans vos idées!! (:-)

    Répondre
    1. LauraLaura (Auteur de l'article)

      Bonjour Laëtitia,

      Je ne sais pas à quel article du blog vous faites référence, mais je dis qu’il faut toujours manger A SA FAIM. Effectivement, dans certains cas, si on a pas faim on peut ne pas manger ou juste faire une collation légère.
      Je suis tout à fait d’accord avec vous sur le fait que chaque personne est unique et qu’elle doit écouter son corps pour combler ses besoins. Mais malheureusement, suites à de nombreux régimes ou dans le cas de troubles de l’alimentation (bien plus fréquents qu’on ne le pense), on ne sait plus écouter son corps et on ne connaît pas ses besoins. Et c’est contre le fléau du “j’arrête de manger comme ça je maigrirai” que je veux lutter. Parce que je suis aussi d’accord avec vous sur la culpabilisation permanente (des femmes en particulier) autour de l’alimentation.
      Dans le cadre de ma Méthode, il est important de manger à heures fixes. On peut manger 1, 2, 3, 4 ou même 10 repas par jour tant que c’est à heures fixes, de façon régulière. La régularité permet à l’organisme d’organiser ses besoins et évite le stress de “y a plus d’énergie en stock” qui l’amène à faire des réserves en attendant des périodes meilleures. C’est ce mécanisme qui fait qu’à long terme les régime hypocaloriques sont totalement inefficaces, puisque les personnes qui les ont suivis ont repris du poids au bout d’un an.

      Merci de me suivre, et n’hésitez pas à donner votre point de vue. Les débats enrichissent la pensée 🙂

      Répondre
      1. Laetiyoungmummy

        Bonjour Laura,

        Je vois seulement votre réponse datant de décembre dernier ! 🙁
        Et merci de votre retour.

        Je suis moi même dans les cas dont vous parlez : troubles du comportements alimentaires et ayant repris du poids après un régime hypocalorique. Je suis pétrie de contradictions “diététiques” et je ne sais plus vraiment m’alimenter.
        Je culpabilise en permanence sur ce que je dois manger pour être en bonne santé et perdre du poids… Et qui dit culpabilité dit aussi perte de contrôle et c’est le cercle infernal.
        C’est pour cela que j’évoquais l’idée de d’abord se recentrer sur ses ‘VRAIES sensations de faim.
        Mais Même cela reste très difficile tant l’émotionnel joue un rôle important et vient parfois tout gâcher.

        Autres dilemmes pour moi, vos recettes et menus sont sympas, mais en les lisant je me dis automatiquement “mais si je mange exactement comme cela, je vais avoir faim ! Et comme on nous dit tjrs “qu’il ne faut pas grignoter entre les repas” que faire ??

        Je suis sceptique sur l’élimination des céréales car pour moi elles permettent d’être rassasiée pendant longtemps et d’éviter les coups de barres??

        De plus, je suis gérante d’une boulangerie, je passe de ce fait beaucoup de temps en cuisine (pas de plats élaborés mais plutôt du snacking), du coup je n’ai aucune envie et surtout pas le temps de cuisiner une fois à la maison : avez vous des astuces pour se dégager du temps ou trouver la motivation pour cuisiner?

        Merci d’avance de votre retour.

        Répondre
        1. LauraLaura (Auteur de l'article)

          Bonjour Laëtitia,

          Effectivement, c’est compliqué de se recentrer sur son alimentation tant il y a de messages “nutritionnels” et contradictoires qui nous parviennent.
          Pour vous, il va falloir faire un gros travail sur votre sensation de satiété et votre déculpabilisation. Ca prend beaucoup de temps, avec des progrès et des régressions, comme vous le mentionnez.
          Dans un premier temps, essayez de suivre mes menus (vous pouvez faire plusieurs jours de suite le même plat si vous avez des restes, ou interchanger les jours, tant que vous respectez les repas PL et GP). Les quantités sont données à titre indicatif, à vous de manger à votre faim, mais surtout n’anticipez pas en vous disant “Je vais avoir faim”.
          Si vous avez faim entre les repas, référez-vous au goûter des menus. Pas de problème pour faire des petits snacks entre les repas, à condition qu’ils soient prévus et définis (et non pas en avalant tout ce qui passe à portée de main).
          Par contre, je n’ai jamais dit qu’il fallait supprimer les céréales, juste les limiter et bien les choisir pour éviter la prise de poids.

          Autre question, plus personnelle, à laquelle vous pouvez me répondre par mail si vous voulez : quelle contraception utilisez-vous ? Cela peut avoir un énorme impact sur l’appétit et la satiété. Je parle en connaissance de cause.

          C’est sûr qu’il est compliqué de manger équilibré quand on a peu de temps (ou d’envie) pour cuisiner. Vous pouvez vous prendre du temps les weekends ou les jours de repos pour cuisiner un peu plus. Ou quand vous faites à manger, cuisinez en grandes quantités et faites des tup’, c’est une autre solution. Il faut voir les temps de cuisine non pas comme une corvée, mais comme un moment où vous prenez soin de vous et des gens qui vont partager votre repas. Faites les marchés, tâtez et jaugez les ingrédients que vous cuisinez, bref impliquez-vous dans la cuisine au-delà des aspects nutritionnels et vous verrez que vous y prendrez au moins un peu goût.

          Répondre
  5. yvette

    Merci, j’ai bien reçu l’un et l’autre.
    Pouvez-vous me confirmer si les menus de cette semaine (50) sont bien de phase 1 ou si je dois remonter à des menus antérieurs pour ma phase de perte de poids?

    Répondre
    1. LauraLaura (Auteur de l'article)

      Super !
      Tous les menus sont en phase 1 jusqu’à maintenant 🙂

      Répondre
  6. yvette

    Merci pour la générositié de votre blog.
    Je n’ai pas reçu, bien qu’inscrite à la newsletter, les deux documents que vous proposez. Pourriez-vous me les envoyer?
    Cordialement

    Répondre
    1. LauraLaura (Auteur de l'article)

      Bonjour Yvette,

      je viens de vous envoyer un mail avec les deux documents en pièces jointes. Si vous ne l’avez pas reçu, vérifiez bien votre dossier spam.
      Je vous souhaite une belle journée 🙂

      Répondre
  7. Estelle Sp.

    Je crois que c’est encore plus complexe que ça… Par exemple: les 21 derniers jours, on a mangé GP et PL sans souci à la maison, à peine plus de “féculents” que les semaines précédentes, en particulier des légumineuses et céréales associées et exceptionnellement la 3ème semaine un dessert phase 2 le weekend. Sur mon poids ça n’a aucune conséquence: je n’ai pas de poids à perdre. Mais sur mon mari, ça semble avoir causé un “encombrement” et donc pendant 15 jours il n’a pas perdu de poids. Au dernier pesage en revanche, après la 3ème semaine, 1 kg de moins, d’un coup, en une semaine! J’ai toujours pas compris pourquoi car il n’y a pas vraiment eu de variation ni dans les habitudes alimentaires (et plutôt même un dessert de stabilisation) ni dans les activités physiques…

    Concernant les céréales, hélas, on pourrait difficilement s’en passer, ne serait-ce que pour accompagner les légumineuses car c’est leur association qui nous permet de tirer le meilleur de l’une et de l’autre, surtout en cas de régime végétarien ou végétalien.

    Pas évident de tout équilibrer!

    Répondre

Qu'en pensez-vous ? Postez votre commentaire ci-dessous :)

%d blogueurs aiment cette page :