Les mensonges des produits laitiers

Le lait, ses mythes, ses symboles et sa place dans la société industrialisée.. A y regarder de plus près, le lait et les produits laitiers ne sont pas “blancs comme neige”, contrairement à ce que l’on voudrait nous faire croire…

Un peu d’histoire

En Europe, l’Homme a commencé à consommer des produits laitiers quand il s’est mis à l’élevage, c’est-à-dire il y a environ 10 000 ans. A cette période, on consomme surtout du fromage ou du beurre, qui se conservent plus longtemps. Au Moyen Age, le lait est considéré comme un produit de campagne à l’hygiène douteuse.
Au XIXème siècle, la découverte de la pasteurisation, l’invention de la réfrigération et la première machine à traire donnent naissance à l’industrie laitière.
Après la Deuxième Guerre Mondiale, la production de lait est en surabondance. En 1954, Pierre Mendès France, président du conseil, rend obligatoire la distribution de lait dans les écoles pour écouler cette surproduction.
Dans les années 70, on invente le procédé qui permet de séparer les éléments constituants du lait. De nouveaux produits laitiers apparaissent alors sur le marché : lait écrémé et demi-écrémé, sans lactose, etc…
C’est à cette époque que naît le CNIEL, Centre National Interprofessionnel de l’Economie Laitière, sous la forme d’une association loi 1901 qui se veut représentative de l’ensemble des acteurs de la filière laitière française. Il fait un lobbying intensif à grand renforts de pub et de coups marketing. Vous connaissez tous ces campagnes de pub et leur slogan : “Les produits laitiers sont nos amis pour la vie” (avec la mélodie svp !) ou pour les moins jeunes : “Les produits laitiers, des sensations pures”.

Le lait dans l’imaginaire collectif

Bébé au biberon Le lait est un aliment très connoté dans les cultures européennes et nord-américaines. Comme le lait maternel, il est symbole de vie, de croissance ; et sa couleur blanche est synonyme de pureté. Dans la société actuelle, le lait consommé est quasi exclusivement du lait de vache. Il est considéré comme indispensable pour la croissance des enfants, la solidité des os et dans le fonctionnement du système immunitaire.

Des industriels n’hésitent pas à surfer sur cette vague d’opinion favorable au lait en ajoutant la mention “Riche en lait” sur leur produits manufacturés. Sachez que cette mention ne se rapporte à aucune norme ou proportion de lait officielle. C’est une allégation à la limite de la publicité mensongère.
Dans les cultures asiatiques et d’Afrique sub-saharienne, le lait est absent de l’alimentation. L’Asie semble toutefois être le nouveau terrain de jeu du lobby laitier, voir l’exemple du Japon.

Les produits laitiers sont-ils vraiment
“nos amis pour la vie” ?

Penchons-nous sur les apports du lait et des ses produits dérivés.

Intolérance au lactose, allergie au lait

L’Homme s’est progressivement adapté à la consommation de lait à l’âge adulte par mutation génétique, mais tous les humains n’ont pas la même insensibilité au lait.
L’intolérance aux produits laitiers (allergie aux protéines de lait, intolérance au lactose) est largement répandue, et passe souvent inaperçue dans sa forme la plus bénigne. Environ la moitié de la population française est touchée. Cette intolérance se traduit par des symptômes plus ou moins graves selon les personnes (ballonnements, nausées, diarrhées, vomissements, éruptions cutanées).

Calcium et produits laitiers

Certes les produits laitiers sont riches en calcium, et même très riches. Le souci c’est que l’organisme n’en absorbe au mieux que 30%. Celà est dû aux protéines et à l’acidité du lait qui ont un effet déminéralisant.

Le calcium contenu dans les fruits secs (amandes, noix, noisettes) et les légumes (épinards, chou vert, chou frisé, brocoli..) est assimilé de 50 à 70% par l’organisme ! Ils sont donc bien plus intéressants dans les apports en calcium que le lait. On peut aussi compter sur les eaux minérales, championnes de la teneur en calcium.
Les apports en calcium recommandés ne sont pas les mêmes selon les organisations. L’OMS préconise 500mg/j par personne, les institutions françaises 900mg/jour.

Sources de calcium autres que produits laitiers

cliquez sur l’image pour l’agrandir

Toutefois, un apport suffisant en calcium ne vous sera d’aucune utilité si vous êtes carencé en magnésium. Car c’est le magnésium qui permet une bonne absorption du calcium par l’organisme.
On trouve du magnésium en grande quantité dans le riz, les amandes, le chocolat noir (yes !) et bien sûr les eaux minérales.

Le mythe du calcium et de son effet sur les os

On est également matraqués par l’industrie laitière sur les bienfaits du calcium (contenu dans les produits laitiers) contre l’ostéoporose.
Examinons maintenant les études sur le nombre de fractures par pays.

Incidence fractures hanche monde

cliquez sur l’image pour l’agrandir

Que constate-t-on ? Les habitants des pays consommant le moins de produits laitiers, à savoir la Chine, la Turquie, l’Inde (qui ne figure pas sur ce tableau), sont ceux qui connaissent le moins de risque de fracture de la hanche au cours de leur vie (<10%). A l’inverse, les populations grandes consommatrices de produits laitiers, comme la Suède et la Norvège, connaissent une forte probabilité de fracture de la hanche, plus de 25%.

Le lait, et a fortiori le calcium, n’ont donc malheureusement aucun effet contre l’ostéoporose (voir aussi l’interview du Professeur Willett).

Une autre preuve ? Pour une étude financée par le National Dairy Council (le Conseil National de l’Industrie Laitière aux Etats-Unis), on a donné 3 verres de 25 cl de lait écrémé par jour pendant deux ans à un groupe de femmes ménopausées. Elles consommaient ainsi 1400mg de calcium par jour. En les comparant à un groupe témoin qui n’avait pas eu ces verres de lait, on s’est aperçu que ces femmes avaient perdu deux fois plus de densité osseuse que le groupe témoin !

En fait, la consommation de calcium en grande quantité entraîne aussi un apport très important en protéines qui ont pour effet de déminéraliser le corps.

L’ostéporose est une maladie qui est causée par un grand nombre de facteurs, le plus important étant l’excès de protéines.

Produits laitiers et IG

Les produits laitiers ont un IG moyen mais ils ont une particularité : malgré cet IG moyen, la réponse en insuline de l’organisme est très élevée.
Cette réponse insulinique élevée est due au lactosérum, ou petit-lait, présent dans le lait, les yaourts et les fromages blancs ou frais. Les fromages à pâte dure, eux, ne contiennent pas de lactosérum.
Dans le cadre d’un amaigrissement, il convient donc de limiter sa consommation de produits laitiers même écrémés ou à 0%. C’est pourquoi, j’insiste sur le fait de ne pas consommer plus d’un produit laitier par jour, les fromages au lait cru étant les plus intéressants (aussi pour les bactéries qu’ils contiennent et leurs bienfaits sur le système immunitaire).

Mes recommandations

On peut très bien vivre sans consommer aucun produit laitier (sauf le lait maternel bien sûr). Il n’est donc pas nécessaire, sauf si vous aimez ça, de manger yaourts, fromages et autres produits lactés. Je pense que le lait de vache est conçu pour le veau. Il contient de l’hormone de croissance, de nombreux allergènes, et quand il n’est pas bio des pesticides, des métaux lourds et des antibiotiques. Le lait est plus nocif que bénéfique dans l’alimentation humaine.

Quant aux “spécialités laitières”, c’est à dire tous les produits industriels fabriqués à base de lait (crème allégée, yaourts aux fruits sans sucre, desserts lactés…), ils sont à proscrire car ils sont bourrés d’amidons modifiés, agents de textures divers et variés, sirop de glucose et j’en passe…
De même, les laits de riz, de soja ou d’amande, s’ils sont intéressants du point de vue nutritionnel, contiennent souvent du sucre, de l’huile (de palme) voire des OGM. Regardez bien leurs ingrédients avant d’en acheter.

Il faut donc limiter les produits laitiers, 1 par jour maximum, et opter pour des produits de qualités et bio. Variez également les sources : vache, brebis, chèvre….
(lisez l’article sur le fromage au lait cru)!
Pensez aussi aux laits végétaux (à base de soja, d’amande, de riz, d’épeautre, de coco…) qui sont très intéressants d’un point de vue nutritionnel et très bons (sisi je vous jure !)

Et rappelez-vous : pour avoir des os solides tout au long de sa vie, une alimentation modérant les protéines animales et favorisant les légumes, les fruits secs et frais et les céréales complètes est la plus adaptée.

13 Commentaires

  1. Rosamée Lelond

    ,Bonjour,
    Je tombe sur votre article sur le lait, ancien. Il y a du bon et du juste chez chacun et je pense plus à un quiproquo qu’à une réelle divergence. Il est vrai que la surconsommation de produits laitiers est néfaste, on donnait du lait à mes enfants à la cantine, ce qui perturbait leur digestion. Mon pédiatre a été catégorique : inutile pour des enfants suffisamment nourris et néfaste pour leur santé en cours de repas et en surconsommation.
    Quelle en est la motivation ? Nos enfants sont-ils chargés au détriment de leur santé, de résoudre les problèmes économiques de notre industrialisation ?
    il est vrai que souvent nos produits laitiers sont souvent très peu naturels ou issus de lait très “trafiqués” ne serait-ce que tout ce que l’on donne aux vaches pour devenir de’’ bonnes laitière’’ et pour ensuite produire encore plus,
    puis par le traitement du lait lui-même (desséché, dégraissé, traités, et reconstitué…).
    Il y a véritablement un mensonge sur le lait, un petit exemple : ‘’Lait de Montagne’’ oui produit en montagne, mais vaches confinées dans un espace exigu, ne sortant quasi -jamais à l’air et nourries de produits qui n’ont rien à voir avec l’alpage, puis toutes sortes de traitement sur le lait..
    Il en est ainsi pour les produits issus du blé, en réalité les intolérances dues au gluten sont relativement rares, mais elles sont courantes dues aux traitements du blé puis des farines.
    Je vous dis cela par les expériences très concrètes de deux des mes proches, mon fils et ma cousine
    (à 30 ans d’intervalle), ayant eu leurs études, stages et profession dans l’agro-alimentaire.
    Si on supporte le lait, on peut en consommer ; le tout est de bien choisir son produit et d’être raisonnable : un yaourt et un morceau de fromage par jour, s’ils sont de bonne qualité contribue à une alimentation équilibrée.
    Ma fille a arrêté de consommer de produits laitiers hors fromages, son acné a disparu sans autre traitement et elle se sent plus tonique,
    Mon fils de 20 ans qui supporte le lait, lui a fait une énorme allergie, avec œdème… à la tomate.
    Curieusement, il supporte très bien la tomate de notre jardin mais pas celle des magasins et cantines.
    Recherche un peu poussée faite par l’allergologue, son allergie serait due aux produits que l’on utilise pour forcer les tomates !
    Je constate parmi les camarades de mes enfants de plus en plus d’allergiques ou intolérants, certains ne supportant presque plus rien ! Si on réajuste les choses, ce ne sont pas les aliments en tant que tels qui sont à incriminer mais la façon de produire et transformer, donc en réalité toute une mentalité !
    Mon arrière grand-mère consommait des produits de bonne qualité chez des petits producteurs ( pas forcément labellisés bio) : un peu de lait le matin, du fromage à midi et un laitage le soir, elle mangeait de tout, une grande majorité de végétaux, des légumineuses .Elle avait un bon coup de fourchette et est arrivée à 101 ans bon pied, bon œil, (rien de cassé après la ménopause, elle avait quand même mis au monde 11 enfants) et toute sa tête, mais ce n’est qu’un exemple …
    Je ne sais pas si mon commentaire est bien placé.
    On peut avoir des différences dans nos avis et cependant rechercher ensemble une honnêteté.

    Merci pour votre blog, c’est une mine, je cherche des idées pour consommer moins de viande en privilégiant la qualité et des pratiques, claires, respectueuses de la nature.

    Répondre
    1. LauraLaura (Auteur de l'article)

      Merci pour votre commentaire plein de bon sens et d’ouverture. Il paraît de plus en plus évident que la production intensive et l’industrialisation massive de l’agro-alimentaire initiée au début du 20ème siècle n’a pas oeuvre pour la qualité nutritionnelle ou sanitaire des aliments.
      Désormais il nous faut faire avec et essayer au maximum de privilégier des aliments sains, non transformés et bio.

      Répondre
  2. Gambis

    Bonjour,

    Chère Laura, vous présentez des théories plus ou moins douteuses basées sur des stats en bois.

    Moi qui ai habité d’ailleurs en Turquie pendant 3 ans, je peux vous garantir que les Turcs consomment énormément de produit laitier, notamment Yaourt (dans les 1er consommateurs mondiaux), Fromage en saumure, dessert lactés à foison (les principaux dessert Turcs après le baklava sont tous lactés).

    On peut égalament lire “Par mutation génétique”. Ca s’appelle la THEORIE de l’evolution(c est une théorie comme son nom l’indique….mais présenté sans problème comme normale.

    @Ricky : “Créationniste qui me dérange”…bah quelquepart c est votre opinion ultra personnelle, ca ne fait en rien avancer le débat…

    En résumé, des stats lues de manières biaisées, une mauvaise foi caractérisée…du bon n’importe quoi pour des gens qui se sont inventés une mission de militant dans leur vie triste certainement…profitez du beau temps et allez voir la nature ça vous changera les idées

    Répondre
    1. LauraLaura (Auteur de l'article)

      Bonjour Gambis,

      Et bien je vous renvoie vers les sources de mes stats “en bois” qui ne sont pas sorties de mon chapeau mais qui proviennent d’experts en nutrition. Pour la théorie de l’évolution, c’est comme la gravitation et Pythagore, on y adhère ou pas mais en attendant leur démonstration a été faite et refaite.
      Sinon je vais bien merci, et je vous retourne la proposition de prendre un peu l’air. C’est important de s’aérer la tête de temps en temps. 🙂

      Répondre
  3. Ricky

    Je suis bien d’accord avec vous concernant les problèmes de qualité du lait, de bien-être des animaux, etc…

    Vous avez également raison concernant la lactase, absente chez 75% de la population adulte… sauf que ce manque de lactase ne se manifeste presque que dans l’hémisphère sud et en Asie.

    En Europe au contraire, 90% de la population digère parfaitement bien le lactose, une bonne partie des autres ne présente pas d’intolérance, et les rares les individus réellement intolérants (c’est à dire que le lactose rend malades) sont en général issus de l’immigration.
    Rien d’étonnant à cela, il s’agit simplement d’un avantage évolutif : certains peuples vivant presque uniquement de l’élevage depuis des milliers d’années, il est logique que cet avantage ait été sélectionné chez eux.

    Il n’est donc pas exclu que cette capacité à digérer correctement le lait continue à se développer sur le long terme dans la population mondiale, puisque c’est déjà le cas de l’immense majorité des Européens.

    Bref, quoi qu’il en soit, ce que je veux dire c’est juste qu’il est tout aussi absurde et malhonnête de prétendre que le lait serait la cause de tous les maux que de lui attribuer des vertus imaginaires.

    Le lait et les produits laitiers consommés en quantités raisonnables ne sont pas nocifs, tout comme n’importe quel autre aliment.
    Il faut simplement être raisonnable, ne pas boire des litres de lait ni manger des kilos de fromage à longueur de journée. Bref avoir une alimentation saine, variée et équilibrée tout simplement, et ce qui n’exclue pas de consommer des produits laitiers, bien au contraire.

    Et cela dit encore une fois, je reste d’accord avec vous concernant les problèmes posés par l’élevage intensif et les lobbies laitiers qui font de la désinformation pour vendre leurs produits.

    Répondre
  4. Ricky

    “Je pense que le lait de vache est conçu pour le veau.”
    Ca c’est vraiment l’argument le plus stupide que j’ai jamais entendu ! Si on va par là, les salades sont “conçues” pour les escargots, les carottes pour les lapins, l’eau pour les poissons, etc… et on ne devrait donc jamais consommer aucun de ces produits !
    En plus, l’utilisation du verbe “concevoir” a un arrière-goût créationniste qui ne me plait pas vraiment non plus.

    Il est vrai que le surpuissant lobby du lait est scandaleusement infiltré partout et a réussi à faire passer sa propagande dans toutes les couches de la population, et même à vendre du simple yaourt au prix de l’or sous prétexte de santé (Actimel).

    Pour autant, il ne faut pas non plus exagérer dans l’autre sens en prétendant que le lait serait mauvais pour la santé humaine. En dehors des cas d’intolérance, il faudrait en ingérer des quantités industrielles pour observer des effets indésirables, comme d’ailleurs pour n’importe quel aliment.

    Une assiette de tomates mozzarella, un bon gratin, un bout de fromage à la fin du repas, un chocolat chaud, ça n’a jamais fait de mal à personne !

    Répondre
    1. LauraLaura (Auteur de l'article)

      Bonjour Ricky,

      Et bien je pense que mon argument “le plus stupide jamais entendu” n’a pas été bien compris. Je veux dire que le lait est un aliment parfaitement adapté aux besoins vitaux d’un nourrisson. Le lait de vache couvre parfaitement les besoins en croissance du veau et le lait humain ceux du bébé humain. Une fois sevré, l’Homme perd l’enzyme (la lactase) qui permet la digestion du lait (humain comme animal). Ainsi, 75% de la population mondiale adulte n’a pas le code génétique pour digérer le lait (même le lait humain).
      Si on va par là, votre “ça n’a jamais fait de mal à personne” n’est pas à proprement parler un argument d’une valeur scientifique irréfutable, si vous voyez ce que je veux dire…
      Quand à la conception créationniste, j’y suis tout à fait hermétique et ce n’était pas le sens de mes propos.

      Je vous rappelle aussi que le lait que nous consommons a perdu une grande partie de ses nutriments du fait de la pasteurisation et provient de vaches à qui on a administré antibiotiques, vaccins et autres médicaments (et je ne vous parle pas de leur alimentation). Tous ces polluants se retrouvent dans leur lait. C’est d’ailleurs assez drôle de voir à quel point on “flique” les femmes allaitantes sur leur alimentation, au regard du laxisme concernant les vaches dont le lait est aussi utilisé pour le lait infantile. Mais c’est un autre sujet…

      Pour poursuivre le débat, je vous invite à lire cet article où “pro” et “anti” lait développent leurs arguments : http://www.lanutrition.fr/communaute/opinions/editorial/le-lait-est-il-dangereux.html

      Répondre
  5. Pingback: Info graisses Nutrition

  6. Pingback: Récapitulatif des principaux minéraux et de leurs fonctions Nutrition

  7. Pingback: Info boissons Je mange donc je maigris Nutrition

  8. jphil

    Bonjour
    un article pertinent qui laisse effectivement à réfléchir sur les apports en produits laitiers dans le cadre d’un régime pour perdre du poids voire même d’une alimentation normale ;

    jphil

    Répondre
  9. Marie

    Bonjour Laura,

    Bravo pour cette dénonciation de la propagande à l’oeuvre un peu partout.
    Propagande en effet dangereuse. Le lait étant un produit hormonal, il est nécessaire pour la race concernée ( et pas les autres…) au moment de la plus forte croissance. C’est-à-dire la petite enfance.
    Nous n’avons jamais été des veaux ni des cabris, et ne sommes plus des bébés !

    Plus tard il a tous les défauts, comme tu l’as décrit.
    Les pays les plus atteints par le cancer du sein ou l’ostéoporose sont les plus grands consommateurs de lait !

    Merci de le rappeler
    Cordialement.
    Marie.

    Répondre
    1. Laura de Je mange donc je maigrisLaura de Je mange donc je maigris (Auteur de l'article)

      Merci Marie pour ton commentaire !

      La nocivité du lait est malheureusement assez peu connue du fait d’un lobbying intensif de l’industrie agro-alimentaire. C’est tout l’intérêt de ce blog que de rétablir une certaine “vérité” nutritionnelle (même si je pense que personne ne détient la vérité !)

      Répondre

Qu'en pensez-vous ? Postez votre commentaire ci-dessous :)

%d blogueurs aiment cette page :