La Méthode pour les enfants et les ados

Vous aimeriez pratiquer la Méthode des IG bas en famille, mais vous avez peur que cela ne convienne pas à vos enfants ? Vous pensez qu’à part des pâtes et des nuggets, ils n’aiment rien ? Ou bien, ils n’ont pas de poids à perdre et vous ne voulez pas les “mettre au régime” ? Pourtant, la Méthode peut être suivie par toute la famille pour le plus grand bonheur de chacun de ses membres

Suivre la Méthode en famille

Que vous choisissiez de suivre la Méthode des IG bas pour perdre du poids, pour être plus en forme ou pour diminuer diabète ou cholestérol, le soutien de votre famille est essentiel.
Il sera beaucoup plus facile pour vous (et pour l’ambiance familiale !) si vous mangez tous la même chose aux repas.
Il faut comprendre que la Méthode n’est pas un régime, c’est une autre façon de voir et de vivre l’alimentation. En suivant la Méthode, on est moins irritable, moins fatigué ; le cerveau et le corps fonctionnent mieux, on se sent plus heureux. Elle est donc bénéfique pour tout le monde quel que soit l’âge.

Famille

Mais évidemment, en fonction de son âge et de ce que l’on attend de la Méthode, on ne l’applique pas de la même façon.

La Méthode adaptée aux enfants et aux jeunes

Ces recommandations ne se substituent pas à un avis médical. Que ce soit pour vous ou pour vos enfants, prenez conseil auprès de votre médecin traitant qui saura vous guider en fonction de votre état de santé

Préambule

Au préalable, il faut que vos enfants aient compris que ce qu’ils mangent a des répercussions, pas seulement sur leur corps mais aussi sur leur mental. Et qu’en changeant son alimentation, on peut aussi changer son état d’esprit.
Il est important que vos enfants s’intéressent aux aliments et à la cuisine. Cuisinez et faites les courses avec eux, éveillez-les aux saveurs, aux textures et aux goûts.

Enfant mangeant du fromage

à la découverte du goût !

Enfin, il faut que vos enfants aient compris le bien-fondé de la Méthode, car personne ne change ses habitudes alimentaires sans avoir de bonnes raisons.

La Méthode

Il n’est pas nécessaire de faire apprendre par cœur à vos enfants les IG de tous les aliments et les détails de la Méthode. Il suffit qu’ils comprennent les grandes lignes (à adapter en fonction de l’âge de l’enfant) :

  • Privilégier les légumes et les fruits
  • 0 à 1 laitage par jour
  • Des fruits oléagineux tous les jours
  • Consommer les céréales en version intégrale
  • Utiliser de l’huile d’olive et de colza et de la graisse de canard
  • Limiter fortement les fritures (frites, beignets, nuggets, etc…)
  • Supprimer les produits industriels

A chaque famille de laisser ensuite plus ou moins de latitude dans l’application de la Méthode. Le but étant d’avoir une relation saine avec la nourriture et avec son corps, pas de faire de l’alimentation un sujet stressant.

Pour les jeunes n’ayant pas pour objectif de perdre du poids, on appliquera directement la phase 2 de la Méthode (pour les enfants en surpoids, voir plus bas).

Le plus dur, pour certains, va être de renoncer aux produits industriels. Les enfants sont de très gros consommateurs de produits industriels (snacks, goûters et fast food), et la cible privilégiée des publicitaires.

Attention également aux pommes de terre ! Dans la Méthode, on ne peut en consommer qu’en phase 2, et de préférence cuites dans leur peau. A chacun de “gérer les patates” comme bon lui semble, mais dans tous les cas n’en abusez pas !

Les enfants n’aiment pas les légumes… ah bon ?!

C’est une idée bien ancrée dans les têtes. Les enfants n’aiment pas les légumes. C’est comme ça, c’est la fatalité, c’est limite génétique.
Pour ma part, je dirais plutôt, les enfants n’aiment pas les légumes pas bons. Ils sont justes plus honnêtes et moins formatés que les adultes.
Et puis “les légumes” c’est vaste quand même ! Il y en a tellement et il y a tellement de façons de les cuisiner !

Si vous voulez apprécier et faire apprécier les légumes, commencez par acheter de bons produits. Donc des légumes bio.
Quand mon chéri et moi on s’est mis aux paniers de légumes bio d’une AMAP, on a redécouvert les légumes. Vraiment. C’est-à-dire qu’on était en extase avec des poireaux vinaigrette….
Parce qu’en fait un bon légume, même cuisiné simplement, c’est bon.

Bon, je vous l’accorde, les choux de Bruxelles et les brocolis, c’est un peu difficile pour les enfants dont le goût est en formation.

Beurk !

ça a pas l’air bon…

Mon conseil est donc de varier les légumes et les recettes, et surtout de ne pas faire de chantage ou de culpabilisation du type “Les épinards ça rend costaud” “Si tu ne manges pas tes légumes, tu seras privé(e) de dessert” etc…
Ce genre de petites phrase, qu’on a tous entendu, suggère que non ce n’est pas bon mais il faut quand même faire l’effort de le manger. Et ça fausse complètement le goût (qui est en construction je le rappelle) et le rapport à la nourriture des enfants (sans compter que ça plombe l’ambiance des repas).

Bon, ok pour la Méthode à la maison, mais pour les repas pris en dehors comment faire ? Notamment à la cantine ?

La cantine

Ahh la cantine ! A part durant mes études supérieures où je mangeais au CROUS, j’en garde plutôt de mauvais souvenirs. Il faut dire qu’au CROUS, au moins, on avait un peu le choix dans le menu. Bon, on ne va pas faire un débat sur la cantine, je pense qu’on est tous d’accord pour dire que globalement la nourriture n’y est pas terrible en terme de qualité et de goût.

Quelques règles simples :
Votre enfant devra essayer autant que possible d’appliquer les grandes lignes de la Méthode.
Apprenez à votre enfant à goûter avant de décréter “J’aime pas !”, et surtout faites-lui comprendre que se bourrer de pain à la cantine (qui ne l’a pas fait ? 😉 ) n’est pas ce qu’il y a de mieux pour affronter une après-midi de cours ou de sport. Il vaut mieux qu’il se reporte sur les fruits et les yaourts s’il a faim.

Discutez avec votre enfant de ce qu’il mange à la cantine. C’est important qu’il exprime ce qu’il a aimé ou pas, comment se passent les repas. Souvent les cantines sont très bruyantes, il faut faire la queue longtemps et ce n’est pas un moment très agréable. Alors discutez ensemble des solutions pour résoudre les problèmes et pointez aussi les choses positives.

Dans la plupart des cantines, vous pourrez connaître à l’avance les menus de la semaine. Il vous suffit alors de rééquilibrer le soir.
Par exemple, le jour des frites-steaks hachés à la cantine, vous pouvez prévoir à dîner une purée de légumes (sans pommes de terre évidemment) avec des œufs brouillés, et un dessert à base de fruits (compote, mousse ou salade de fruits…).

L’enfant et l’ado en surpoids

Le grand danger du surpoids et de l’obésité juvénile, est que plus on est obèse jeune, plus on a de risques d’être encore obèse à l’âge adulte. Sans s’alarmer ni culpabiliser l’enfant, il convient de traiter le surpoids dès son apparition pour éviter que les kilos en trop ne s’installent durablement.

Pour les enfants qui ne sont pas encore entrés dans la puberté, appliquer la Méthode en phase 2 peut suffire à leur faire perdre leurs kilos superflus.

L’ado

L’adolescence est une période sensible où les hormones sont en ébullition, le corps se transforme rapidement et la pression sociale (par les pairs) est très forte.
Le surpoids peut être une grande cause de souffrance à cet âge. Ca peut être aussi bien la cause que l’effet d’un mal-être.
Si l’ado ne veut perdre que quelques kilos inesthétiques, on peut lui proposer la Méthode en phase 2. Si le surpoids est important, l’ado peut commencer la Méthode en phase 1 (pendant au moins 3 mois pour que ce soit efficace), puis il ou elle passera en phase 2 une fois les kilos en trop envolés.

Quelques petits trucs en cas de difficulté

Si l’application de la Méthode des IG bas semble difficile, on peut avoir recours à quelques astuces :

  • Proposer un jour dans la semaine sans Méthode

Il ne s’agit pas non plus de se ruer au McDal du coin pour s’empiffrer, mais on peut se dire que le dimanche on fait comme on veut ou que le mercredi on mange un gâteau du pâtissier, etc…

  • Faire régulièrement des plats “junk food” en version IG bas

Hamburgers, pizzas, fajitas et gâteaux peuvent être cuisinés en version IG bas (phase 1 ou 2).

  • Ne pas culpabiliser en cas d’écarts

S’il y a un écart, il ne faut pas que cela engendre de la culpabilité. Il faut assumer l’écart, ce n’est pas la fin du monde. Par contre, ce n’est pas parce qu’on a pris un biscuit qu’il faut manger toute la boîte !
Instaurer une journée sans Méthode peut être une bonne idée en cas d’écarts trop répétés.

Et le sport dans tout ça ?

Il faut bien vous mettre en tête que le sport ne fait pas maigrir.
Le sport est par contre très important pour se sentir à l’aise avec son corps, et bien dans sa tête. Il me semble indispensable que les jeunes se dépensent physiquement au moins deux fois par semaine.
Il ne s’agit pas de les trainer de force dans une salle de sport ou de les inscrire au club sportif du coin. Faites des sorties en famille à pied, en vélo ou en rollers ; improvisez un foot dans la rue ou au parc ; ou jouez tout simplement avec votre enfant ! En bref, il faut que ce soit un moment agréable.

Famille à la plage

Le sport dans le cadre d’un amaigrissement doit permettre de retrouver confiance en son corps, d’avoir le moral, et éventuellement de modeler la silhouette qui se redessine.

Vous suivez la Méthode des IG bas en famille ? Faites-nous part de votre expérience dans les commentaires ci-dessous !

7 Commentaires

  1. Carol MATHIEU

    Comme d’hab !
    J’ADORE ce que tu racontes, autant que GAD ADORE les sushis !!!!
    MDR et merci encore de ton travail.

    Répondre
    1. LauraLaura (Auteur de l'article)

      Hihi ! ^^
      Merci 🙂

      Répondre
  2. Audrey

    Bonjour, moi je suis la méthode depuis février 2014 et cela m’a beaucoup aidé dans ma lancée de perte de poids (-14kg aujourd’hui) et je parle sans cesse autour de moi des IG bas, on me regarde avec des gros yeux ! à la Réunion il est impensable de manger chaque repas sans riz par exemple ! ici c’est riz + grains + cari de viande.. et après on s’étonne que le taux de diabète explose ici ! depuis je suis contente de manger toujours à ma faim mais plus équilibré, plus sain ! la famille y participe avec moi (mon mari et ma fille de 4 ans). Au début mon mari me faisait de gros yeux et boudais ma méthode mais quand il a vu que cela me faisais du bien et que je perdais du poids et bien il s’y ait mis doucement. Aujourd’hui c’est lui qui me réclame des gâteaux IG bas, me demande s’il mange correctement etc. Ma fille je lui fait souvent manger de la soupe le soir car c’est la seule façon qu’elle mange des légume car je mets des petits morceaux de poisson dedans.. ^^ elle adore mes barres céréalières et tout doucement je pense que j’arrêterais de lui acheter des cochonneries pour ses goûters mais n’y allons pas brusquement hein ^^.. en bref, chez nous c’est méthode le plus possible mais quand j’essaie de sensibiliser les gens ils me disent oui mais ne portent pas grand intérêt à cela.. dommage.
    bonne continuation à tous !

    Répondre
    1. LauraLaura (Auteur de l'article)

      Merci pour ce témoignage Audrey 🙂
      Les index glycémiques ne sont pas très connus du grand public (on y vient tout doucement) et c’est pour ça que des fois on nous regarde avec des gros yeux ! ^^ Certains croient que c’est encore un énième régime à la mode… Mais si les recommandations officielles de Manger Bouger étaient efficaces, ça se saurait !
      Bravo pour votre perte de poids ! Vous comptez entamer la phase 2 de stabilisation bientôt ou vous continuez en phase 1 ?

      Répondre
      1. Audrey

        merci ^^
        ben en fait au début je faisais très attention donc j’imagine que j’étais en phase 1.. en fait j’ai entamé une méthode de “je mange je mincis” menée par Florence sur internet et en fouinant pour trouver des recettes je suis souvent tombée sur les IG bas qui ressemblait à la méthode de Florence.. c’est comme cela que j’ai connu les IG bas. ^^ là je pense que je suis en phase 2 mais honnêtement je ne fais pas gaffe aux phases et mange du mieux que je peux.. je pratique surtout “l’assiette type” qui est de diviser son assiette pour la portion de légumes, la portion de féculents, la portion de viande et cela m’a toujours réussi si je puis dire. c’est une super manière (astuce) pour ceux qui mangent à l’extérieur sans savoir gérer.. je pratique tjs les plats de la façon phase 1 il me semble.. car petit déjeuner avec des glucides (pancakes IG bas, nutnut IG bas, ou muesli,jus)+ le déjeuner PL (avec de la viande de poulet,féculent,légumes/légumineuses) + diner (légumes (soupe le plus souvent), poisson ou très peu de viande ou alors je ne mange pas car je n’ai pas faim et là je prends tjs un fruit)..
        voilà en gros mes repas.. au goûter je prends une barre céréalière ou une toute petite part d’un gâteau IG bas que j’ai fais..
        Avec tout cela j’ai repris le sport (j’avais repris le sport avant de m’occuper de ma façon de manger)..
        j’ai encore du poids à perdre mais vraiment pas beaucoup (5kg maxi) mais c’est dur car ça stagne depuis le mois de avril.. mais le résultat est totalement hors de mes pensées du début ! je n’aurais jamais pensé perdre autant ! je ne me croyais pas capable car pour moi impossible qu’on me dise de ne plus manger quand j’ai faim ! (par rapport aux régimes dur et inutiles) et puis en trouvant cette méthode ben je m’étais lancée sans conviction de perte mais plutôt du bien manger qui me sera bénéfique de toute façon.. ^^

        je parle, je parle… rires… enfin bref, voilà ce qu’il en est pour moi.. bises

        Répondre
  3. Pingback: Ce dont on a besoin dans nos placards… quand on débute la méthode IG bas | Sak Mi Aim ( ce que j'aime )

  4. Fred

    Bonjour par ici
    J’ai fait la connaissance des IG en ce début d’année 2017. Et j’ai commencé à fonctionner avec pour un problème de prise de poids du à une hypothyroïdie d’hashimoto…. j’ai réussi à perdre le poids pris et j’arrive à gérer au quotidien pour ne pas enfler comme une barrique.
    J’aime cette alimentation, elle m’a permis de me sentir mieux dans mon corps et dans ma tête. Enfin une diététique qui fonctionne.
    J’ai un ado, il prend un peu mes patins…. j’espère que dans le futur il continuera.
    Merci pour votre blog…
    bonne continuation
    Fred

    Répondre

Qu'en pensez-vous ? Postez votre commentaire ci-dessous :)